Le mois de mars a été marqué par le scandale de Cambridge Analytica. Facebook est pointé du doigt : les médias sociaux feraient-ils aussi partie de l’économie de la surveillance ?

Pas de panique, on vous offre un kit de survie dans la jungle web.

#1 Ouvrez grand les yeux

Avant toute chose, prenez conscience de l’ampleur du phénomène.  

« De toute façon, Facebook sait tout de toi : ce que tu manges au petit déjeuner, ce que tu penses de ton boss, et le surnom que tu donnes à ta copine » : Qui n’a pas entendu son oncle tenir ce genre de propos au repas de Noël ?

Sans tomber dans une paranoïa anxiogène et convulser devant des épisodes de Black Mirror, il devient nécessaire de ne plus détourner le regard.

Alors : qu’est-ce que Facebook sait vraiment de vous ? Si vous avez envie de le savoir, une minute suffit :

Rendez-vous dans vos paramètres Facebook et cliquez sur le lien « Télécharger une copie de vos données Facebook » Vous recevrez un e-mail quand le contenu sera prêt : et hop, surprise ! Comme nous, vous aurez peut-être quelques sueurs froides. Vos centres d’intérêts, vos messages privés, vos photos, votre géolocalisation… mais aussi vos conversations téléphoniques : toute votre vie virtuelle répertoriée.

#2 Méfiez-vous de votre Alexa

Montre, thermostat, porte clé connecté, Google Home ou Alexa d’Amazon : quoi de plus innocent ? Et pourtant, en octobre 2016, Airbnb, Twitter ou Netflix ont été piraté via des objets connectés.

La faute au manque criant de sécurité de vos d’objets connectés. « Il faut moins de trois minutes à un hacker pour prendre le contrôle d’un nouvel objet mis en réseau », selon Samy Kamkar, consultant en sécurité informatique.

Et ce n’est que le début. D’ici 2022, on comptera plus de 30 milliards d’objets connectés à internet.

#3 Après les Adblockers, bonjour les anti-trackers

Vos centre d’intérêts sur Facebook peuvent en dire long sur vos opinions politiques, vos hobbies, vos déplacements… Afin de freiner la récolte de données sur votre profil, « Facebook Container », une extension anti-tracking, est lancée par Mozilla. Elle vous rend invisible lors de vos promenades sur la toile. Cependant, même si Facebook est actuellement le réseau social N°1 dans le viseur, ce n’est pas le seul à collecter les données de ses utilisateurs (Google, Twitter et Linkedin font également partie des mauvais élèves).

#4 N’oubliez pas que vous avez des droits

N’ayez crainte, la justice n’est jamais loin pour lutter contre la vente de nos données personnelles. N’hésitez pas à inviter les GAFA au tribunal en cas de dérive.

Google et Facebook ont déjà été condamnés à plusieurs reprises par la Cour de Justice Européenne, notamment pour le “Safe Harbour”, qui désigne un accord de transfert de données d’internautes européens aux États-Unis. Et ce n’est pas fini puisqu’une nouvelle législation européenne devrait entrer en vigueur le 25 mai 2018 : affaire à suivre !

Rassurés ?

Sinon, vous pouvez toujours ressortir votre Nokia 3310 de la cave.

 

Par Albane Godard