Des icônes de la pop-culture, il y en a toujours eu. Qu’il s’agisse de chanteurs, d’actrices ou encore de top models, l’impact médiatique des célébrités continue de marquer nos cultures à travers les âges.

Récemment, de nouvelles muses médiatiques ont débarqué sur vos réseaux sociaux et dans les médias : les DRAG QUEENS ! Mais comment ont-elles réussi cette ascension ?

Born this way

Tantôt glamourisées, tantôt pointées du doigt, les Drag Queens ont longtemps vécu dans l’obscurité des clubs LGBT+. Cependant, l’arrivée de l’émission “RuPaul’s Drag Race” en 2009 a redistribué les cartes.

Rupaul's Drug Race Drag Queen Communication Digitale Eteam
Le show est porté par l’artiste RUPAUL, reine des clubs et des défilés ayant connu son heure de gloire dans les années 90. Ce programme télévisé a vu son audience croître de façon spectaculaire sur les écrans du monde entier. Résultat : 13 Emmy Awards et une démocratisation sans précédent.

Que la meilleure des Drag Queens gagne !

Le principe est aussi simple qu’intelligent. Les compétiteurs doivent s’affronter dans de nombreux défis créatifs dans le but d’obtenir le titre de la « prochaine superstar américaine du drag ». La finalité est surtout de les « former » à leur future célébrité. Interviews télé et radios, clips musicaux, spots publicitaires, conseils de stars, gestion du stress, défilés, tests de personnalité, travaux de groupe, enregistrement de chansons… Tout est là pour les aider à atteindre une certaine notoriété et cultiver leur stardom. Pari gagné car nombreuses sont celles qui réussissent à utiliser avec talent le boost de popularité acquis grâce au show.

Eteam Reseaux sociaux communication digitale Alyssa Edward dans la nouvelle pub PEPSI

Animer et connaître sa communauté sur du bout des ongles

Pourtant, le succès de ce show ne s’arrête pas au petit écran. En effet, les « queens » deviennent rapidement des stars du web. De Facebook à Twitter, en passant par Instagram, elles travaillent leur communauté en alimentant une identité visuelle forte. Malgré tout, elles abordent de sujets pointus tels que la mode, les médias, la politique et la cause LGBT+.

L’engagement de leurs followers est l’un des plus impressionnant jamais observé, tout comme celui de l’émission.

L’art du « branding » digital

Véritables figures du web, leur contenu devient viral à la vitesse de la lumière. Leur fidèle communauté ne cesse de prouver leur amour via des artworks et de gifs à leur effigie. Depuis des années, ces reines se produisent à travers le monde avec des spectacles qui affichent complet quelques minutes après la mise en ligne. « Brander » leur image est un art. Ces nouvelles muses savent capitaliser sur leur personnalité et leurs looks à travers une pléiade d’objets dérivés et un merchandising que les fans s’arrachent.

Drag Queens : dans la ligne de mire des grandes enseignes

Avec de telles communautés, il n’a pas fallu longtemps avant que les marques leur mettent le grappin dessus afin de surfer sur la vague de leur célébrité. La Drag Queen « Miss Fame » est devenue l’égérie de L’Oréal Paris. De son côté, la gagnante de la saison 10 « Aquaria » a été réquisitionnée pour la campagne Moshino x H&M. De même, la gagnante de la 7ème saison « Violet Chachki » n’est autre que la nouvelle muse Prada.

Drag Queen Communication digitale Reseaux sociaux Violet chachki, icone Prada

Du succès sur tous les fronts

Aussi, les deux drags issues de la saison 7 « Trixie Mattel et Katya Zamolodchikova » sont devenues des reines de YouTube avec leur show « Unhhhh » qui récolte un peu plus d’un million de vues par vidéos. En 2017, le show a été adapté à la télévision par VICE.

Leur succès ne s’arrête pas là. Au-delà des campagnes commerciales, plusieurs d’entre elles connaissent un succès sur grand écran. On pense notamment à « Shangela et Willam » que vous avez pu voir dans le film hollywoodien « A Star is Born ».

Omniprésentes sur tous les supports, les Drag Queens sont donc devenues les véritables icônes médiatiques faisant partie de ce qu’on appelle déjà : l’âge d’or des drags.

Trixie Mattel sur Vice Communication digitale Eteam Drag Queen Reseaux sociaux