Charge mentale, nom féminin.

(Coïncidence ?) Ce terme désigne la charge cognitive, invisible que représente l’organisation de tout ce qui gravite autour de la sphère domestique : du passage de la serpillère au rendez-vous chez le podologue, en passant par la nounou et la compote renversée sur le tapis (blanc, évidemment).

 « Pour moi, la charge mentale, c’est quand on me dit que j’ai de la chance d’avoir un mec qui m’aide. Mais que personne ne lui dit qu’il a de la chance d’avoir une copine qui assure tout »

« Pour moi, la charge mentale, c’est quand ma tante, femme de 72 ans me dit qu’il n’existe pas de dimanche pour les femmes »

« Pour moi, la charge mentale, c’est aussi quand je dois faire attention à la façon de lui demander de m’aider. Déjà, c’est saoulant d’être en demande mais en plus il faut le demander gentiment et sans agacement »

Vous entendez ? Ces cris du cœur perlent sur les réseaux sociaux depuis plusieurs mois. Ne nous méprenons pas. La charge mentale n’est pas un « effet de mode ». Et ce n’est pas non plus une invention datée de 2019. Seulement, ce concept vient juste d’être diagnostiqué, comme celui de “Baby Blues” le fut à une époque.

Des porte-voix de la charge mentale

Coline, à la tête du compte Instagram « T’as pensé à » compte plus 364 de témoignages de ce genre, qu’elle reçoit presque quotidiennement. Par ailleurs, qu’est-ce qui peut pousser, à votre avis, plus de 98K internautes à suivre son compte, et s’offusquer à chaque nouveau post ?

Overdose du Girl power ?

« Encore une nouvelle lubie des féministes ? » C’est certainement ce que vous avez pensé à la lecture du titre de cet article. Mais, petit à petit, de témoignages en témoignages, de sites en sites, vous vous rendrez certainement compte qu’il s’agit, plus que d’une mode, d’un vrai SOS de la part des femmes.

Et Monsieur dans tout ça ?

Nota bene : tous les hommes n’abandonnent pas lâchement leur femme à des tâches ménagères ingrates. Souvent, l’iniquité du partage des missions au sein du foyer se fait par omission.

Ce poids est souvent invisible et accepté parfois par les deux parties au sein du couple. Inutile – donc – d’accabler ces messieurs. Malheureusement, les femmes sont conditionnées pour se sentir plus légitimes à prendre en main certaines tâches et disqualifient instinctivement les hommes.

Madame repasse les chemises de Monsieur car « elle le fait mieux que lui ». Madame se charge des lasagnes pendant que Monsieur regarde le match parce que « elle assaisonne mieux ». Inconsciemment, la femme peine a déléguer, l’homme peine à rester lucide sur une éventuelle inégalité au sein de son foyer. 

Étendre la lessive, vider le lave vaisselle, nettoyer la table basse… Parfois, prendre soin de soin n’a pas plus de place dans votre emploi du temps. Bon, comment on lève le pied ?

Et des solutions, il y en a ?

Avec les réseaux sociaux, les femmes ont, aujourd’hui, de l’or entre les doigts. L’étape numéro un : parler. Dénouer le dialogue, faire prendre conscience qu’un problème persiste et qu’il est temps de rééquilibrer les choses. Instagram (et Twitter) voient de plus en plus de comptes éclore pour s’attaquer à ce sujet tabou, parfois agaçant pour Monsieur, qui peut se sentir attaqué.

Après avoir découvert la charge mentale, certains hommes ouvrent les yeux et disent « plaider coupable ». 

Dans un premier temps, vous êtes invités à aller faire un tour sur ces comptes éclairés. L’occasion de vous faire votre propre avis sur la question :