Covid 19, crise et morosité : vous aussi, l’optimisme des médias vous manque ?

par | Déc 2, 2020 | Tendances

Entre Covid 19 et violences policières, la situation devient aussi anxiogène que déprimante. Nos médias jouent leur rôle et nous transmettent cette actualité. Cependant, l’information véhiculée devient ces derniers temps de plus en plus pessimiste. Mesdames et messieurs les journalistes, donnez-nous un peu de bonheur et d’espoir.

Nos médias sont-ils devenus aigris et pessimistes ?

Nous vivons une époque particulière et une année 2020 difficile. D’abord, des enjeux écologiques mais aussi des problèmes sociaux exacerbés par un contexte toujours plus tendu. Enfin, pour couronner le tout, un virus qui met la planète en pause.

Cette époque que nous vivons est d’autant plus noircie par les médias d’information. Étant à la recherche d’une audience toujours plus importante, ces derniers font de plus en plus dans le sensationnel, dans le dramatique voire dans le fait-divers façon « rubrique des chiens écrasés ». Ils contribuent à cette ambiance de peur de suspicion et de repli sur soi qui accentue encore plus le caractère anxiogène de cette période.

covid, optimisme, medias

D’autres médias, sous couvert du dogme de l’absolue transparence, se font les Dick Tracy, ou plutôt les Eddie Valiant des années 2020. Leur but ? Déceler la moindre faille dans le système et s’en faire le porte-voix. Initialement, l’intention est louable. Cependant, portée à son paroxysme, elle peut potentiellement s’avérer nauséabonde. Et, de plus, contribuer encore plus à ce sentiment de défiance plus destructeur que constructif.

Nous sommes assaillis au quotidien par ce flux d’informations cherchant le moindre faux pas ou dérapage pour porter au bucher son auteur. À titre personnel, j’aime être informé. Je trouve que l’accès à l’information est peut-être une des avancées sociales les plus importantes de ces derniers siècles. Cependant, si on ne lui demande pas forcément une neutralité absolue, on peut espérer que celle-ci ne soit pas uniquement négative et inquisitrice. 

Ces dernières semaines, je suis même presque nostalgique du 13 heures de Jean-Pierre Pernaut. En effet, celui-ci n’est certes pas d’une consistance informative de la trempe d’un « Courrier international », mais il a l’avantage de montrer une information de proximité et, de positiver. En ces temps difficiles, la moindre news positive est gage d’espoir plus que nécessaire pour avancer.

covid, optimisme, medias

Des lecteurs qui ont besoin d’optimisme

Suite aux drames de ces derniers jours, je pense notamment au décès de Dominici et de Maradona, les hommages populaires pleuvent sur la toile. Les internautes saluent plus leur transmission de joie et de bonheur que simplement leur talent brut. Nous avons besoin de bonnes ondes, nous avons besoin d’espoir. Cela ne vous a pas échappé, nous ne pouvons plus aller au cinéma, au restaurant, nous ne pouvons plus faire de sport ni le vivre, mais seulement se contenter de le regarder à la télévision. Alors, face à la joie que suscitent les images d’archives de ces deux champions tragiquement disparus, je suis aussi heureux que triste de voir que nous n’avons presque plus rien à quoi nous raccrocher pour sourire.

Alors, s’il vous plait, mesdames et messieurs journalistes, donnez-nous cet espoir. Nous l’avons compris : notre contexte sanitaire est dramatique, Trump est idiot, Biden est vieux, la police est dangereuse, notre gouvernement est amateur… Maintenant, et si on parlait des entreprises qui réussissent ? Mais aussi, de celles qui embauchent, de celles qui repensent le futur de la technologie, de la médecine. Parlons de positif, d’évolutions, de progrès, de pandas roux qui naissent dans des zoos. Sans minimiser les problèmes, informez-nous en transmettant également de l’espoir et de l’optimisme : votre audience en a besoin !